Zik Zac 2003

édition 2003 du Zik Zac, l’Estival du Pays d’Aix
<... Lire le début

... L’édition 2003 fut marquée par le dossier des intermittents du spectacle. Après avoir été baladés pendant des années, le Medef tranche dans le vif et cherche à imposer un protocole tout à fait inacceptable. Résultat une grève nationale dure qui secouera l’activité des festivals. Totalement solidaire, La Fonderie n’annulera que la première date qui tombe le jour de la journée nationale d’action.



ZIK ZAC 2003 - EDITION N# 6

Le programme

Aix-en-Provence - JUILLET 2003


Théâtre de Verdure (Jas de Bouffan) - 20 h 30 - Gratuit

-  Ma. 08/07 > Toko Blaze + Kunta Kinte + Jaya
-  Me. 09/07 > David Lafore CinqTêtes + Les Wriggles + Dub Incorporation

-  Me 15/07 > Tchalé + Stanley Beckford + Energy Crew
-  Di 20/07 > FPGC + Totonho + Aïwa
-  Ma 22/07 > Choubène + Iznayen
-  Me 23/07 > Samarabalouf + Poum Tchack + Thierry "Titi " Robin

Cité Corsy (Aix Ouest) - 20 h 30 - Gratuit

-  Sa. 12/07 > El Hillal

Et aussi (gratuit) ...

-  Vidéos de choc & projections après concert : Anonymal & Respect is Boring
-  Des stages Percussions & danse africaine seront organisé, pour les CLSH & Centres Sociaux

Cliquez sur chaque artiste pour accéder à sa bio


Zik Zac 2003 - Des Musiques pour un monde de rencontres...

proposé et organisé par La Fonderie-Aix

Partenaires principaux : Communauté du Pays d’Aix - Ville d’Aix en Provence.

avec le soutien de : Conseil Régional PACA • Conseil Général 13 • Drac PACA • Sacem

Partenaires artistiques :

Africultures.comAnonymal vidéosRespect is Boring

et Radio Zinzine


Les concerts - édition 2003


-   JAYA / KUNTA KINTE / TOKO BLAZE - 8 juillet 2003

Date annulée, La Fonderie investie néanmoins le Théâtre de Verdure et convie le public à un débat avec les artistes et les techniciens présents, puis une petite collation pour tous permet de partager le verre de la solidarité et d’approfondir la discussion plus directement entre les présents.


-  DAVID LAFORE Cinq Têtes (Marseille) - 09 juillet 2003
Chansons autodérisoires.
Découverte Nationale Bourges 2003 - Prix Sacem Bourges 2003. - Avec l’UDCM.

Loufoque et surréaliste, prince du contresens, les musiques sont précises et dynamiques. Il rit de son sérieux.
Ce quintet marseillais, mené par la personnalité singulière et caustique de l’auteur interprète David Lafore, crée en toute simplicité un univers onirique et agréablement décadent. Les textes sont à l’image du petit garçon mal élevé que nous inspire la dégaine de l’artiste : soignés et concoctés dans un style décalé, espiègle, provocateur.
De sa voix traînante, David Lafore transforme des sujets futiles en jolies chansons. Il est de ceux qui savent capter l’attention sur peu de choses, et le temps d’un petit air, raconter une histoire partie de rien : une mule, des mouches... Mais le personnage, sait aussi se faire romantique et émouvant, sans jamais rien perdre de son excentricité : le " plat à gratin " lancé par sa conjointe énervée illustre sa manière très personnelle d’évoquer les hauts et les bas amoureux.
C’est sérieux mais ça fait rire. C’est surréaliste, mais tellement évocateur. Les atmosphères jazz un peu dissonantes, les sonorités parfois orientales font de l’accompagnement musical une partie intégrante des histoires alambiquées que nous raconte David Lafore.

Toutes les infos : DAVID LAFORE CINQ TÊTES


> haut de page (programme)

-  LES WRIGGLES (France) 09 juillet 2003
Chansons à textes & comique

Cinq comédiens auteurs-compositeurs issus de la rue Blanche pour un spectacle burlesque musical sans décor, le cinquième depuis la création de la compagnie Quidam en 1994, qu’ils fondèrent après diverses expériences dans le cirque, le cinéma, le théâtre...
Les WRIGGLES sont cinq, rouge comme un bâton de dynamite. Ils sont rouges, d’accord, mais ils sont un peu noirs aussi. Ils aiment chanter des chansons d’accord, mais ils aiment aussi jouer la comédie. Il ne faut pas se cacher que s’ils écrivent des chansons douces qui plaisent aux petits et aux grands, ils savent aussi nous interpeller sur la connerie des grands de ce monde. Ils ont le souci de plaire à nos oreilles tout en offrant à nos yeux des images délirantes. Ils chantent, ils dansent, ils jouent. Alors qu’on ne vienne pas s’étonner s’ils prennent tant de plaisir à l’ouvrir en public et que ce dernier reviens de plus en plus nombreux lors de leurs prestations.

Toutes les infos : www.LesWriggles.com/


> haut de page (programme)

-  DUB INCORPORATION (Clermond-Ferrand) - 09 juillet 2003
Insurrections sonores pacifistes

Créé en 1997 et sillonnant les routes depuis 1999, Dub Incorporation doit surtout sa réputation à ses prestations scéniques. C’est avec un grand bonheur que nous les accueillons pour un concert qui s’annonce d’hors et déjà énergique et mémorable.
Les 10 membres du groupe naviguent sur le dub sans tomber dans la facilité "tout est dans notre nom" avoue-t-il, "nous incorporons du Dub dans toutes nos créations, ou peut-être l’inverse". Pas un Dub traditionnel donc, mais beaucoup de qualité et d’originalité dans ce reggae moderne qui nous propose une palette inventive de styles, dont la source reste tant dans les origines que dans la nouvelle mouvance de la musique Jamaïcaine. À l’arrivée, du ragga explosif, du roots mélodique, une pointe de raï, chant typé Kabyle ou grosse voix toastée, pour un dub militant, qui font de Dub Incorporation, un groupe incontournable de la nouvelle scène française. Avec des textes engagés marqué par le métissage et la tolérance, les Dub Inc. viennent nous présenter leur nouvel album : "Diversité". Alors paré pour une insurrection sonore pacifiste mais déterminée ?

Toutes les infos : www.DubIncorporation.com


> haut de page (programme)

-  TCHALÉ - 15 JUILLET 2003
Blues africain - Bénin

dans le cadre de Bénin-en-Provence.

Oswald Melé et Finesse Fortuné, respectivement guitariste et bassiste du groupe béninois Jaya. tous deux amoureux du Blues, se sont entouré d’une formation très originale ; Jean-Pierre au clavier, Bonaventure à la batterie, William et Ramanou aux percussions, eux aussi membres du groupe Jaya. Tchalé à déjà fait vibrer les cabarets dans de nombreux festivals : Bénin, Mali, Togo, Ghana, Burkina Faso, Hollande, France... avec son rythm and blues teinté des couleurs traditionnelles africaines.
Du blues africain, accompagnés de percussions béninoises, avec des rythmes traditionnels soutenus par la batterie, une voix chaude et rocailleuse, des textes en Fon, en Mina et en Adjâ (dialectes béninois) ; qui parlent de la vie, des galères, de l’amour, des galères de l’amour, de l’homme, son orgueil, ses faiblesses.
Un concert sous le signe d’un métissage musical et culturel, qui traduit le va et vient d’une musique, partie d’Afrique avec les esclaves, porteuse d’espoir sur le continent américain et qui revient à son origine avec le groupe Tchalé.

Toutes les infos : Sur entre-peaux.fr et sur afrik.com.


> haut de page (programme)

-  STANLEY BECKFORD (Jamaïque) - 15 JUILLET 2003
Aux racines du reggae

Lorsque vous marchez dans les rues de Jamaïque en compagnie de Stanley "Starlight" Beckford, vous n’en revenez pas : ce vieux chanteur presque inconnu du public international est une vraie superstar !
A 60 ans, à l’instar des papys du "Son" cubain redécouverts par l’Occident, il bénéficie du come-back du mento, dont il est l’un des derniers représentant.. Le mento fut, dès les années 20, la musique du petit peuple de Jamaïque, avec ses banjos, ses guitares, et la typique "rhumba-box", une caisse carrée sur laquelle on s’assied, sorte d’énorme piano à pouces à 4 ou 5 notes, ancêtre de la basse du reggae. Mais il faudra attendre l’an 2000 pour que soit réhabilité le vrai mento par le biais d’enregistrements comme celui de Beckford. Stanley Beckford fait partie de la dernière génération du mento. Il grandit à Kingston en plein ghetto de l’Ouest et appris le chant sur les bancs de son église, la Church of God, puis la guitare à l’école d’un voisin, un certain Carlton Smith
Sa formation, Le Blue Glaze Mento Band, est un des derniers groupes de mento authentique. Autour de Stanley Beckford et Vincent Price,, leader historique du groupe (67 ans), la formation a évolué au cours des ans, mais elle s’est stabilisée depuis une quinzaine d’années avec Nelson Chambers au banjo, Kenneth Burrell à la rhumba box, Phamas Hamilton à la guitare et Randal Whyte au maracas et tambourin.
Le renouveau du mento, grâce notamment à Stanley Beckford est la preuve qu’il n’y a pas de réelle distance entre l’assise du mento et celle du reggae. L’un et l’autre font partie du grand brassage culturel jamaïcain.

Toutes les infos : Sur MentoMusic.com, ReggaeFrance.com et MondoMix.com


> haut de page (programme)

-  ENERGY CREW - 15 JUILLET 2003
avec le Centre Culturel Transamazonien
Vibes roots de Guyane

Dans un contexte où les associations “Mieux Vivre au Village Chinois“ (alphabétisation, soutien scolaire...), “Unity“ (Mouvement rasta pour la cohésion sociale) et la Penog (pêcheurs) s’emploient à ramener l’union et l’harmonie après le chaos qui suivit la guerre du Surinam, Ramon, Stephan, Nelson et leurs amis, tous chanteurs et musiciens, créent le groupe New Stars en 1994. Ils se lancent dans ce mouvement et mélangent les genres, les ethnies, les origines pour devenir les portes-paroles de la nouvelle société saint-laurentaise : nouveau style, nouveau son !
Après le premier festival "Transamazoniennes", la formation se restructure, certains membres changent pour s’appeler : Energy. Le groupe devient alors à l’image des Massilia Sound System un genre de mix permanent, une synthèse ou les Beatles retrouvent Bob Marley, où le rythm and blues fricote avec le rap, où la soul s’offre au ragga. Ils ont ce don de pouvoir reprendre n’importe quel style et de le faire sonner Energy.
Leur premier album pulvérise les barrières ethniques et les clivages habituels au Surinam comme en Guyane. Ils sont le trait d’union qu’il manquait Ils deviennent Energy Crew car il s’agit bien d’une bande, d’un clan uni pour le meilleur là où tout était pire.
La force de cette boule d’énergie, c’est un groove puissant entretenu par Meïo alias Peter Bass (batterie), Akino alias Mario (synthé) et Stephan alias Stone (bass) où se posent et rebondissent les voix de 4 chanteurs. Romano alias Peni chantant le ragga à la façon New Jack. Orlando alias Article Lani possède une voix grave de bad boy baroudeur toujours à la limite du rap. Roméo alias Dadi Jepi ou Be Happy a le cœur, la grâce et le feeling reggae. Ramon alias Donga Dong possède cette voix d’or, androgyne et vibrante.

Toutes les infos : Sur Reggae.fr, ReggaeFrance.com et MondoMix.com


> haut de page (programme)

-  FPGC (Aix-en-Pce) - 20 juillet 2003
avec Aix-Coast & Move Mektoub Crew
Hip-hop

Voilà bientôt 9 ans que le groupe XTAZ s’est formé. Depuis 5 ans, il évolue en parallèle avec le rappeur solo Coffee. Enchaînant les scènes, les radios, les compilations et mix tape de référence, les free taxes, le trio s’est progressivement baptisé le Charter, puis la Casa del Bordel et finalement FPGC - Frères Pétards Gangsta Click.
Depuis leur premier concert en 1994, FPGC a côtoyé les plus grands... De la Fonky Family en passant par Assassin, Cut killer, ils ont dernièrement participé à la BO du film Le Raid.
De nombreuses mixtapes et passages radios les rendent incontournables. Leur recette ? Une combativité à toute épreuve et une sacrée dose de culot étayé par un répertoire original

Toutes les infos : sur le SkyBlog de mino-id


> haut de page (programme)

-  TOTONHO & Os Cabra (NordEste - Brésil) - 20 juillet 2003
Repentiste électro - para ser feliz (pour être heureux).

Atypique, hypnotique, le son de Totonho va peut-être surprendre l’habitué des traditions policées, mais on n’y peut rien, le Brésil est ainsi : bouillonnant. Totonho chante, rappe, nous parle de voyages rêvés, de solitude et... de mondialisation. Rien d’un effet de mode, le bonhomme sait de quoi il parle : Totonho travaille depuis douze ans avec des mômes de la rue et ce sont eux qui, public de choix pour ses inventions musicales, l’ont (re)révélé à lui-même.
Côté créatif ce Nordestin d’origine puise hardiment dans l’inépuisable creuset brésilien pour fabriquer d’hallucinantes rengaines concoctées avec des riffs de guitare déchirée, des leitmotivs de percus cubaines et d’improbables boucles "maison". Urbain, métis et enragé, Totonho transcende les genres : musique traditionnelle, funk, rock, samples tout est osé, avec la même fraîcheur. Fraîcheur de celui qui, môme travaillant comme porteur d’eau, trompait l’attente du camion-citerne en chantant et en tapant sur une boîte.

Toutes les infos : Sur Sefronia.com, sur MondoMix.com et leur site, sur trama.com.br, en Portugais.


> haut de page (programme)

-  AÏWA (Nantes) - 20 juillet 2003
Jungle - dub - ragga - hip hop & sonorités orientales

« Après leur passage aux Transmusicales et au Printemps de Bourges, et, leur rencontre jam avec Tricky au Montreux Jazz Festival, le Zik Zac vous invite à découvrir le jungle-dub-ragga-hip hop aux sonorités orientales des rennais d’ AÏWA »
Aïwa est un collectif né de l’envie de dépasser les frontières séparant les différents styles musicaux. Il est fondé en 1998 par Wamid et Naufalle, deux frères d’origine irakienne ayant grandi en France, qui cherchent à concilier leur pratique musicale à leur intérêt pour les productions électroniques. Ils cherchent ainsi à mélanger la musique classique arabe entendue pendant leur enfance (et de manière plus générale les musiques du monde), à la musique occidentale moderne.
L’idée de groupe et de collectif prend forme grâce au concours de Majdo, batteur et producteur. Ils s’entourent rapidement de Waldo, flûtiste, et de Mathias à la guitare et aux effets spéciaux. La formation se stabilise avec l’arrivée de Koulechov, aux platines, puis de Swank, toaster ragga, et de Séverine au chant qui participe également à l’élaboration des morceaux. Le collectif défend une certaine idée de la musique électronique jouée en groupe. Leur tournée les a d’ailleurs amenés jusqu’au Maroc où ils ont rencontré et travaillé avec Gnawa Njoum d’Essaouira.
"On manquait d’un groupe comme AÏWA, qui laisse bouche bée et promet des prestations à couper le souffle" s’exclamait le magazine, FURIA, on ne saurait vous conseiller de ne pas les manquer -

Toutes les infos : Sur leur site AiwaMusic.free.fr, et sur InfraTunes.com


> haut de page (programme)

-  CHOUBENE (Grenoble / Algérie) - 22 Juillet 2003
Raï traditionnel entremêlé de funk et de reggae

Choubène, c’est avant tout une grande famille de la musique algérienne ! Les frères Choubène sont les dignes héritiers du légendaire musicien Abdlouahab Chouder, leur père émigré d’Algérie en France.
Tout môme déjà, les frères Choubène se produisent en public en chantant de la musique traditionnelle arabe. Ils marient les rythmes des tambourins arabes, derbouka, aux sons des synthétiseurs pop. C’est grâce à cette synthèse audacieuse que le raï de ces Choubène (jeunes en arabe), interprété en funk et en arabe, s’affiche joyeux comme le funk et mouvementé comme le reggae, deux mamelles incontournables de leur répertoire.
De fait sur scène, épaulé par Marc Fredon et sa guitare knopflerienne, Mustapha Boudhara et sa basse slapppeuse et Raouf Askri à la frappe de Derbouka magistrale, les frères chouder forment un collectif intrépide dans ses mélanges, n’hésitant pas à s’aventurer sur tous les terrains du groove le plus entêtant et le plus grisant.

Toutes les infos : Sur leur site Choubene.com et sur Google.fr : AfriCultures.com, Afrik.com, Arab-Art.org...


> haut de page (programme)

-  IZNAYEN (Saint-Etienne) - 22 Juillet 2003
Fusion orientale

Originaire de Saint-Etienne, Iznayen distille une musique originale où les mélodies traditionnelles algériennes se colorent d’accents résolument modernes. Au confluent de l’Orient et de l’Occident, le répertoire d’Iznayen se caractérise par une fusion des styles musicaux pour un spectacle généreux et coloré, festif et tonique.
La musique d’Iznayen est comme un arbre musical aux branches multiples. Ses racines profondément ancrées dans le répertoire traditionnel algérien ; lui confèrent la générosité des terres d’Orient. Sa sève se nourrit d’influences plurielles et fusionnelles. Elle s’enrichit de sonorités et de rythmes contemporains pour y puiser l’énergie des mondes nouveaux. Ses fruits ont la couleur des musiques de la terre d’ici et d’ailleurs, où éclatent mille saveurs musicales, chaude et épicées, portées au ciel par ses branches mélodiques luxuriantes. La musique d’Iznayen est un langage universel de tolérance. Comme tous les langages, elle ne se vit que dans le partage.

Toutes les infos : Sur leur site Iznayen.free.fr et sur Google.fr .


> haut de page (programme)

-  SAMARABALOUF (France Ouest) - 23 Juillet 2003
manouche fou et valche folle .

Trio aux cordes dynamitées, Samarabalouf, a créé, avec emportement et enthousiasme, un répertoire original et intemporel. Deux guitares, une contrebasse, il n’en faut guère plus pour nous remplir le cœur d’une petite joie sautillante. Les trois compères donnent un nouveau souffle musical à des influences croisées : java, jazz manouche, roch’n’roll, flamenco, swing...
Si leur musique est mâtinée de musette à la sauce flamenco, de swing parfumé de tzigane-rock’n’roll, c’est avant tout cette pulsion acoustique qu’ils mettent dans leur jeu et cette inventivité mélodique qui fait de Samarabalouf un groupe original qui défriche des mélodies rythmiques aux influences universelles. Un voyage cœur à corde tonique et rafraîchissant.

Toutes les infos : NomDuGroupe-ou-Siteweb


> haut de page (programme)

-  POUM TCHACK (Aix-en-Pce) - 23 juillet 2003
Swing qui passe, Tzigane qui tape

Poum Tchack revient avec un nouveau spectacle. Quatre ans déjà que le groupe écume les scènes. 2002 aura été une année faste avec de nombreux concerts et la sortie de leur premier opus 13 titres, sobrement intitulé « Poum Tchack ». Leur tournée estivale les conduits ce soir à Aix au Théâtre de Verdure où ils partageront la scène avec Samarabalouf et le grand Titi Robin, pour une soirée incontournable qui s’annonce déjà mémorable.
PoumTchack nous invite à un trépidant voyage mêlant musique traditionnelle de l’Est arrangée à sa sauce et compositions d’inspirations plus larges. S’appuyant sur la débordante personnalité de chacun de ses membres le groupe propose un répertoire tout à fait original - trempé de swing manouche et d’airs tziganes - interprété avec une fougue et une générosité communicative. L’humour, le talent, la complicité, la créativité et la fraîcheur partagée des musiciens donnent à la cohésion trépidante de l’ensemble une couleur tout à fait unique, à la fois intemporelle et parfaitement actuelle. Le public ne s’y est pas trompé réservant, dès ses débuts, un accueil torride au groupe. Ce succès fait du groupe aixois l’une des joyeuses valeurs montantes de la scène régionale.

Cd - autoproduit repéré par la Fnac

Toutes les infos : Poum Tchack, en résidence à La Fonderie ou PoumTchack.com


> haut de page (programme)

-  Thierry "TITI" ROBIN (Andalousie, Afrique et Orient) - 23 Juillet 2003
musique gitane et métissée

Thierry Robin pratique le jeu du Oud, du Bouzouq et de la guitare. Poly-instrumentiste, compositeur et arrangeur, il fait partie de ces générations spontanées de musiciens qui possèdent l’audace créatrice musicale propre aux artistes autodidactes. Il se définit comme musicien européen attiré et passionné par les musiques d’improvisation, notamment celles des cultures traditionnelles occidentales et orientales.
Du chant breton à la rumba catalane, des taqasim de Munir Bashir à El Camaron de la Isla, Thierry Robin place ses attirances et ses expériences sous le signe d’une ouverture et d’une créativité propices à des rencontres diversifiées. L’urgence qui préside aux échanges menés par Thierry Robin avec des musiciens d’horizons si variés est la recherche d’une expression musicale intense et généreuse.
Authentique citoyen du monde des musiques, les univers de Titi Robin, sont empreints d’une sensualité épanouie et suggèrent des liens de connivences entre les Afriques, l’Andalousie et l’Orient. Une histoire d’homme et des émotions vécues qui jette un pont entre les autres et lui, à travers une musique de voyageurs.

Toutes les infos : NomDuGroupe-ou-Siteweb


> haut de page (programme)

-  EL HILLAL (Sahara - Algérie) - 12 JUILLET 2003.
Voyage musical, calme et tranquille

Originaire de Béni Abbès (Sahara algérien)La musique de El Hillal est un reflet des richesses de la Méditerranée. Portée par un langage séculaire et menée par des musiciens soucieux de tradition comme de modernité, la formation s’inspire des répertoires traditionnels de leur région, le sud-ouest algérien (Saoura et Touat).
Transe, poly-rythmies, joutes verbales et chorales El Hillal nous livre là quelques-uns des secrets des échos de la Méditerranée. Le style monodique d’El Hillal - à mi-chemin entre les musiques du moyen atlas marocain et le chant touareg - est soutenu par des percussions (bendir, dendoun) et des instruments, tels que le violon ou le luth. Leur répertoire traditionnel mêle le religieux et la fête, pour un voyage apaisant au cœur du désert. El Hillal se produit régulièrement en France par le biais du travail de Nuit-Métis. On se souvient de leur passage à Aix pour le Zik Zac 2000 en compagnie de Gacha Empega avec qui le groupe avait concocté une fusion des musiques provençale et algérienne des plus réussies et des plus surprenante.

Toutes les infos : NomDuGroupe-ou-Siteweb


> haut de page (programme)